Éducation Nationale : histoire sans prof

Manque de professeurs au collège : petite histoire qui pourra peut-être inspirer des parents se trouvant dans un cas similaire.

Mon fils aîné est en troisième dans un collège public. Comme chaque année, des professeurs manquent à la rentrée. Bon, cela ne dure habituellement qu’une ou deux semaines, mais cette fois-ci le professeur de physique-chimie prévu pour quelques heures de cours par semaine continue de manquer après trois semaines.

Après discussion avec le principal, celui-ci se dit pessimiste sur le fait qu’un professeur soit rapidement trouvé pour ces quelques heures de cours. Via les associations de parents, nous écrivons au rectorat pour dénoncer la situation et demander que le poste soit rapidement pourvu. Et, profitant de mon bagage scientifique, je me dis que, comme un bon papa impliqué, je vais commencer à donner des cours à mon fils…

Vous connaissez l’expression « choper les boules » ? Et bien, c’est exactement ce qui m’est arrivé. À l’instant où je me suis dit que j’allais le faire, j’ai chopé les boules. Pour moi, qui me sens obligé de faire ça en plus ; pour mon fils qui se retrouve comme abandonné ; pour les autres jeunes dont l’entourage n’a pas forcément la possibilité de pallier aux manques de l’Éducation nationale.
J’ai été pris d’un sentiment d’injustice : comment expliquer à nos enfants qui passent le brevet en fin d’année, que certains ont cours et d’autres pas ? Où est-elle la mission de « réussite de tous les élèves » dont se ceint consciencieusement l’Éducation Nationale ?

Ce qui gêne par-dessus tout notre fière et chère administration, c’est la publicité qui est faite autour de ses carences. J’ai donc joint quelques parents de la classe et nous avons décidé de tenter d’utiliser ce levier : monter une histoire qui intéresse les médias devrait être bien plus efficace que des lettres, des pétitions ou des sitting à trois personnes devant le rectorat.

A l’aide des cours donnés aux autres classe, du livre de classe et des ressources d’Internet, j’ai donc monté un cours sur deux chapitres du programme de physique/chimie de 3e. Nous avons commencé avec trois élèves volontaires, à la maison. Puis ces enfants ont fait de la pub dans leur classe, et pour le troisième cours six élèves avaient répondu présents. J’ai présenté cette histoire au journal Le Parisien, en leur expliquant que nous voulions ainsi démontrer par l’absurde la situation dans laquelle nous nous trouvions.

Bingo, l’histoire les a immédiatement intéressés ! Un reportage « live » a été fait lors de ce troisième cours, avec des enfants studieux, intéressés et un peu excités. Bien sûr, professionnelle, la journaliste a téléphoné le même jour au rectorat pour compléter son article… et devinez ? Oui, je suis sûr que vous avez deviné… Le lendemain, une professeure était nommée ! Tiens donc, après six semaines d’absence sans aucune nouvelle !

Malgré que notre pari ait réussi, je garde un goût amer de cette expérience. Non pas de ce que nous avons vécu avec les enfants, qui fut à la fois plaisant et enrichissant. Non, c’est plutôt l’impression que la mission de l’Éducation nationale, qui est d’assurer à tous les élèves une égale et complète instruction, ne se remplit correctement que sous la pression, lorsqu’un manque flagrant est porté sur la place publique. Quel exemple pour nos jeunes…

Et pendant ce temps, on trouve plein de profs pour des cours particuliers, pour ceux qui le peuvent bien sûr…

cours-particulier PS : j’ai un autre fils dans le privé, ce n’est pas forcément mieux. Collège sous contrat, ils ont perdu une dotation d’un professeur d’espagnol. Ils le font à la débrouille, les élèves sans prof rejoignent les cours des autres classes : entre 30 et 35 élèves par classe pendant les cours d’espagnol, ils ne doivent pas beaucoup parler…

Publicités

Commenter

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s