Éduquer à l’espionnage numérique

camera

  • Facebook scrute votre activité et revend votre profil à d’autres sociétés
  • La facture détaillée du téléphone donne l’heure, le n° composé et la durée de chaque appel
  • Votre appareil mobile est sans cesse localisé
  • Le loueur de films ou le libraire par Internet stocke la liste de ce que vous regardez ou lisez
  • Le cloud que vous utilisez est un réservoir de données vous concernant
  • Google analyse sans cesse votre activité et vos recherches
  • Vos achats sur Internet sont stockés et croisés
  • Votre carte bleue trace les achats que vous faites et dans quels endroits
  • La vidéosurveillance vous guette à tous les coins de rue
  • Vos déplacements en transports en commun sont connus
  • Vos connexions ou vos activités sur n’importe quels terminal, application informatique ou réseau sont stockées
  • Participer physiquement à une manifestation dans la rue laisse moins de traces que d’échanger sur Internet avec une autre personne

Nous vivons dans un monde d’espions automates, de traces numériques que nous ne contrôlons plus, ni leur existence, ni leur usage.
Comment nos enfants vont-ils y grandir ?
Inventeront-ils des moyens sans cesse plus sophistiqués de lutte contre cette observation permanente ? Des formes nouvelles de leurre des instruments de surveillance ?
Feront-ils avec ? Admettront-ils une certaine perte de leur intimité ou simplement de leur espace privé ? Redessineront-ils la limite entre le public et le personnel ?

J’ai peur qu’ils s’en accommodent, mais peut-être n’est-ce que la crainte de quelqu’un qui a vingt ou trente ans de plus et qui conçoit autrement la vie privée.

En tout cas, je veux qu’ils soient conscients, pleinement conscients, de l’existence de cet espionnage et de ses conséquences.
Je les « coince » ainsi régulièrement avec les outils qui sont à ma disposition : tu as téléphoné à tel moment, à telle personne ; tu as regardé tel film, tel jour, sans nous en parler, alors que tu devrais être en train de travailler ; tu as accédé à tel site sur Internet ; etc.

Je me rends compte de la perte d’intimité qu’ils ressentent, que je leur inflige. Je sais aussi que je les poursuis comme jamais personne ne m’avait « traqué » moi-même à leur âge. J’ai un sentiment de culpabilité à ne pas respecter cette part de leur vie qui est la leur et uniquement la leur.

Mais je me dis qu’ils sont ainsi avertis de la manière dont l’environnement numérique de notre monde les épie, sans cesse.
Et que ce qu’ils arrivent à me cacher est le fruit de leur apprentissage pour s’en préserver.

Filiation et adoption : glossaire

On entend tellement de choses fausses ou déformées en ce moment au sujet de l’adoption et de la filiation (dans le cadre du mariage homosexuel) qu’il me semble utile de rassembler quelques définitions et réflexions sur ce sujet.

Ce billet et les deux suivants sont des jalons pour la prochaine étape qui s’annonce, avec la remise à plat programmée en 2013 de la loi sur la famille, où les mêmes idées fausses ou pas tout à fait vraies risquent de réapparaître au sujet de la filiation et de l’adoption plénière.

Pour être tout à fait transparent, étant à la fois père adoptif et père biologique, je peux avoir une vue des choses que ne partageraient pas spontanément des personnes n’ayant pas la même expérience.

  1. Le billet présent est un glossaire.
  2. Le billet suivant analyse et critique le modèle de la famille qui est le nôtre aujourd’hui
  3. Le dernier billet discute de l’évolution que ce modèle pourrait suivre

Voici donc d’abord un petit glossaire…

Lire la suite

Histoire, analyse et critique de notre modèle familial

Le précédent billet a donné la définition des principales notions relatives à la filiation.

Ce billet et le suivant vont maintenant aborder le sujet de la famille (filiation et parenté) d’une manière à la fois analytique, dynamique et prospective :

  1. billet présent :
    1. L’histoire et l’analyse d’un modèle familial qui tend de plus en plus vers le fondement biologique et reste centré sur l’exclusivité parentale.
    2. La critique des arguments qui l’étayent : naturalismes, réification, stabilité
    3. Pourquoi il évolue ainsi, et la tension qui résulte de son ambivalence et de son décalage par rapport à ce qui se vit aujourd’hui
  2. billet suivant :
    1. Pourquoi il doit évoluer
    2. Comment il pourrait se transformer

Lire la suite

L’évolution de notre modèle familial

 Un précédent billet a donné la définition des principales notions relatives à la filiation.

Ce billet, dernier de la série de trois, propose quelques axes d’évolution de notre modèle familial :

  1. billet précédent :
    1. L’histoire et l’analyse d’un modèle familial qui tend de plus en plus vers le fondement biologique et reste centré sur l’exclusivité parentale.
    2. La critique des arguments qui l’étayent : naturalismes, réification, stabilité
    3. Pourquoi il évolue ainsi, et la tension qui résulte de son ambivalence et de son décalage par rapport à ce qui se vit aujourd’hui
  2. billet présent :
    1. Pourquoi il doit évoluer
    2. Comment il pourrait se transformer

Lire la suite

la mort, un moment

Michel Crozier est mort, ce GRAND sociologue aura marqué son temps. Achetez le dossier synthétique de sa pensée, achetez le livre « L’acteur et le système » !

Henri Dutilleux est mort, achetez l’intégrale de ce GRAND compositeur !

Georges Moustaki est mort, ce GRAND chanteur et compositeur aimait toutes les femmes et voyageait tout le temps. Achetez le best-of de ses quarante ans de carrière !

La mort comme révélateur, comme signal officiel et formaté qui arrive encore à crever le bruissement de tous ces gens qui parlent, qui chantent, qui écrivent, qui réfléchissent, qui font, eux aussi.

La mort pour faire l’ultime bon coup d’audience.

La mort comme un des derniers moment où l’on se retourne sur un ex-vivant.

La mort comme instant de pause pour les vivants.

Un jour je vais mourir, lisez ce blog tant qu’il en est temps 😉 !

Musique dématérialisée

Voici un retour d’expérience sur la dématérialisation de la musique que j’ai entreprise chez moi. En couleur, les éléments que j’ai acquis et installés, en blanc les éléments que j’avais déjà dans un cadre classique de musique par CD.

Les grandes étapes sont :

  1. Savoir ce que l’on veut faire exactement, évaluer ce qu’il faut.
  2. Acheter le matériel et l’installer
  3. Transformer les CD en fichiers disponibles dans ce nouveau système.

Pour moi cela donnait :

  • Pouvoir écouter la musique sans fil et sans problème de coupure de transmission, dans n’importe quelle pièce de la maison
  • Pouvoir profiter du streaming et radio Internet avec le même système
  • Avoir une interface conviviale de choix des morceaux de musique
  • Ne pas être obligé d’avoir un ordinateur allumé pour écouter de la musique
  • Ne pas perdre en qualité d’écoute par rapport à ma bonne chaîne HIFI actuelle (basée sur lecteur de CD)
  • Pouvoir écouter cette musique depuis n’importe quel endroit en disposant d’Internet

Après moult recherches et écoutes, voici donc le schéma de l’installation à laquelle je suis finalement arrivé :

Musique dématérialisée

Lien intéressant : https://www.sonos.com/graphics/rn/FAQ825/sonos_music_primer.pdf

Lire la suite

Luxe et volupté – Breaking the waves

La petite famille partie en vacances. Seul ce soir. Paris.

Un long détour à travers la ville, température douce et soleil timide, mes pas me portent. Je me rends à la pinacothèque. L’expo sur Tamara de Lempicka et dans la foulée celle sur l’Art Nouveau.
J’en ressors un peu ivre, les yeux débordants, envie de dire merci. Et je respire à pleins poumons l’air de cette terre, je suis avec tous, les humains ont inventé la parole qui traverse les âges.

Un ou deux sex shops survivants. En attendant les prostituées, plus tard dans la soirée. Chair triste et sale, solitaire, grise, cachée, soumise.

Mais deux pas, et puis Fauchon. Plaisir des yeux, papilles en émoi. Je musarde devant les vitrines, Saint-Jacques, saumon, foie gras, macarons… arrangés en courbe, entourés de gelée, rafraîchis de légumes juste cuits.

Monsieur ? …ça, et puis ça… et ça aussi s’il vous plaît !

Tout à l’heure à Saint Lazare je suis passé devant des clochards. Ils s’installaient pour la nuit sous les arcades du côté de l’hôtel 4*. Je ne les ai pas regardés. Sacs plastiques, urine, solitude. Nuit et jour et nuit et jour et nuit.

A la maison, l’odeur des lilas. Un Rully sur la table, Mozart plein, plein la maison. Je déguste le mille-feuilles aux asperges et wasabi, je savoure longuement le pavé d’agneau rôti dans une feuille de chou, je fonds sur le carré aux framboises et crème légère.

Dans ma rue, des vieux, seuls, attendent de mourir devant leur télé.

Comment concilier plaisir et mal de vivre ? Comment marier douleur et plénitude ? Comment ne pas sombrer dans le malheur de chacun ?

La beauté est tout à la fois.